top of page
Rechercher

La cacique Watatakalu en campagne aux États-Unis en octobre grâce à l’AFV



Du 3 au 7 octobre, Watatakalu Yawalapiti, cacique et représentante des femmes indigènes du Xingu, est allée aux États-Unis afin d’intervenir dans différents évènements en vue de sensibiliser à la préservation culturelle et environnementale des territoires ancestraux autochtones d’Amazonie.


Mercredi 4 octobre : intervention au Unreal Fest à la Nouvelle Orléans pour la promotion du projet FORTNITE


Watatakalu était invitée pour présenter le projet Xingu Fortnite Experience d’AFV avec nos partenaires Game in Society et PlayNove, au Unreal Fest, un festival réunissant les professionnels autours de l’univers d’Epic Games.


Ce projet souhaite sensibiliser les gamers du monde entier aux cultures ancestrales autochtones et à la lutte des peuples indigènes contre la déforestation à travers la création d’une map Fortnite représentant le territoire indigène du Xingu. Sur cette carte, les joueurs de Fortnite pourront choisir leur personnage inspiré des leaders emblématiques dont Watatakalu, interagir avec des représentants des peuples autochtones et parcourir la forêt amazonienne afin d’en découvrir notamment la beauté mais également sa destruction rampante.


Jeudi 5 octobre : Conférence à Harvard et au MIT suivi d'un dîner


Watatakalu a également été invitée à Harvard et au MIT afin d’animer deux conférences auprès de leurs étudiants sur l’enjeu de la protection des peuples autochtones en Amazonie. Elle a ainsi abordé la question de la valeur relative des cultures et des connaissances occidentales par rapport aux traditions ancestrales indigènes et les menaces qu’une supposé supériorité de la culture moderne et occidentale posait pour leur survie.


Le soir, un dîner a été organisé avec des chercheuses du MIT et de Harvard dans le cadre de Women for the Amazon afin de discuter de ce que signifie le leadership féminin, des défis que les femmes peuvent rencontrer , peu importe leurs origines, et en quoi l’intégration des femmes permet d’améliorer les processus de décision souvent majoritairement masculins.


Vendredi 6 octobre : cours au MIT et dîner avec ONU Habitat


Watatakalu a de surcroît eu l’honneur d’être invité à animer un cours au MIT en collaboration avec deux autres indigènes Nord-Américaines dédié à la gestion de l’eau et de l’énergie en territoire indigène. Cette intervention a permis de susciter un échange sur les différentes perspectives occidentales et indigènes, notamment sur une approche fondée sur un paradigme de réciprocité opposé à l’extractivisme occidental.


Watatakalu est ensuite intervenue auprès d’étudiants du MIT venant de différentes communautés indigènes nord-américaines, membres du groupe MIT Native Americans. Ils ont à cette occasion pu discuter de ce que cela signifie de vivre éloigné de sa communauté natale et de subir la perte de sa culture.


Enfin, Watatakalu a rencontré des représentants du MIT Media Lab et d’ONU Habitat afin de discuter notamment de la participation des représentants indigènes aux COP sur le Climat et plus généralement, de la nécessité de créer des procédures et des méthodologies pour que les voix indigènes soient entendues dans les institutions nationales et internationales.


Samedi 7 octobre : passage à New York


La tournée aux Etats-Unis s’est achevée par un passage à New York où Watatakalu a eu l’occasion de discuter de la transmission culturelle matérielle et immatérielle autochtone dans le cadre d’une rencontre avec des marchands d’art autochtone. Une dernière rencontre a ensuite eu lieu avec Amazon Watch, une ONG qui s’engage également pour la préservation et la démarcation des terres ancestrales indigènes

Σχόλια


bottom of page